Actualités

Sainte-Barbe – Une plateforme unique de secours pour le 15/18/112 en 2017

Mardi, les sapeurs pompiers vosgiens fêtaient la Sainte-Barbe. L’occasion de les mettre à l’honneur et de saluer leur engagement. Le nombre d’interventions reste stable (-1,18%) avec une nouvelle hausse du secours aux personnes déjà amorcée en 2015 et plutôt une diminution des incendies.

Pas de grand changement cette année, si ce n’est des collaborations qui s’affirment efficacement. « Nous avons une complémentarité entre élus et État qui permet un fonctionnement pertinent », souligne Hugues Deregnaucourt, qui rendra en février 2017 la direction du SDIS.

112 centres de secours

L’organisation a trouvé son équilibre avec 112 centres de secours. Un nombre qui est un bon compromis du maillage terrain pour intervenir avec une moyenne de 13 minutes 12sec. « Ces centres pourront évoluer ou se déplacer, mais le nombre devrait rester constant », précise Dominique Peduzzi, président du SDIS. L’organisation a évolué. « On les oblige à s’entendre au niveau d’un bassin opérationnel. Par exemple un véhicule peut partir à vide et charger les sapeurs pompiers sur le trajet. Il gagne en temps et partage ses forces vives« .

Un nombre stable d’interventions

2016 a enregistré 24 238 interventions à ce jour, assurées par 3074 sapeurs pompiers dont seulement 140 professionnels pour 2800 volontaires. « Cette année 217 volontaires ont été recrutés », annonce le colonel Deregnaucourt. « Le département des Vosges est le fer de lance du volontariat », se félicite François Vannson. Le département a  apporté en 2016 une contribution de 15M€ et 150K€ en investissement pour la future plateforme commune, sur un budget de 26M€.

Développer les accords avec les employeurs

Par contre, le SDIS souhaiterait développer les accords avec les employeurs. 56 conventions ont été signées avec des entreprises qui emploient des sapeurs pompiers volontaires et 87 avec des Collectivités. « Mais nous devons rester vigilants en journée, alerte le patron du SDIS,  il y a moins d’interventions mais également moins de sapeurs pompiers mobilisables ».

Une entente entre le SDIS et les ambulanciers

78% des interventions concernent le secours aux personnes. Heureusement, le SDIS travaille en bonne entente avec les ambulances privées et le Samu ou le Smur. « Il y a une carence de 15% des transports santé, mais nous avons une bonne régulation entre les différents acteurs. Cette entente nous permet d’avoir toujours une réponse, même si un véhicule n’est pas disponible« , souligne Hugues Deregnaucourt.

Une plateforme unique pour les urgences et les secours

La prochaine étape sera une plateforme commune aux services de secours médicaux, SDIS  et urgence (en contact direct comme en coordination interne). « Un seul département, l’Indre et Loire en est équipée et ils ont vu les interventions se réguler, explique Dominique Peduzzi. On a des élus qui nous ont fait confiance et on devrait gagner en pertinence, avoir des réponses mieux ciblées comme le diagnostic médicale et intervention à distance et diminuer les déplacements d’équipes ».

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page