Sécurité – « L’arme fatale » de sortie tout le week-end !

La voiture radar embarqué de Bulgnéville sera sur les routes tout le week-end. Au peloton, ils la surnomment « la faucheuse » parce qu’aucune infraction ne lui échappe. Elle agit incognito, sans flash, dans les 2 sens de circulation. Fayçal Douhane, directeur de cabinet, a testé son efficacité ce matin sur le secteur de Dompaire.

Les Vosges possèdent un ETM « Équipement de Terrain Mobile » depuis un an, une Megane grise banalisée basée à Bulgnéville. Ni la Meurthe et Moselle, ni la Haute-Saône, ni la Haute-Marne n’en ont.

Première version, seulement quand la voiture doublait

Mais en mouvement, ce radar ne pouvait prendre que les voitures qui le doublaient. Par contre à l’arrêt, il prenait les contrevenants dans les 2 sens.

Dans les 2 sens

Depuis un mois et demi, après un passage en région parisienne pour transformation, la voiture radar est équipée d’un nouveau système bien plus performant et elle prend les automobilistes en excès de vitesse dans les 2 sens de circulation, même en roulant et même dans les virages !

En sens inverse, pas encore pour les motos, ni sur l’autoroute

Seules les motos peuvent encore lui échapper, quand elles circulent en sens inverse, car la photo ne permet pas d’identifier leur plaque. Sur l’Autoroute, le terre-plein central est un obstacle qui empêche également de prendre les contrevenants sur la voie de circulation en sens inverse.

Plus de contestation possible

Dès que l’antenne radar détecte une vitesse supérieure à la vitesse programmée, un dizième de seconde plus tard, une photo du véhicule est prise en haute définition. « Ce qui permet de détecter jusqu’au grain de beauté sur le visage du conducteur« , précise le Major Doudoux.

Une petite marge

Pour 50, la vitesse en infraction sera celle de 61km/h et plus, pour 90, ce sera 102km/h, pour 110, 124 km/h, pour 130, 146km/h.
Avant de partir en contrôle, les opérateurs saisissent la valeur de la limitation, et c’est à eux d’adapter les passages d’une vitesse à l’autre (90 à 50km/h), pour laisser le temps à l’automobiliste de ralentir sans piler. Mais les valeurs paramétrées sont entrées dans l’ordinateur. Ils ne peuvent choisir qu’entre 50,70, 80, 90, 110 ou 130 km/h.

La contravention 15 j plus tard

Une fois qu’une voiture est détectée en infraction, la photo est envoyée à un routeur qui la transmet au Centre national de traitement des infractions qui se trouve à Rennes. Le contrevenant reçoit l’avis de contravention, une quinzaine de jours plus tard.

10% en infraction

Ce matin en moins d’1/2h, 7 voitures ont été prises en infraction, dont 4 roulaient à plus de 120km/h pour 90km/h. Pas un conducteur n’a réagi en croisant la Mégane. « En règle générale, 10% des véhicules contrôlés sont en infraction« , détaille le Major Michel Doudoux, qui faisait équipe avec le brigadier Kevin Houillon.

Une seule parade : lever le pied !

La voiture circule sur tout le département. Tous les gendarmes du peloton de Bulgnéville sont formés pour être opérateurs. Ils sont 12. « Nous croyons à ce que nous faisons, mais nous faisons attention que les gens ne soient pas verbalisés à tort. C’est une arme imparable contre l’insécurité routière. Les automobilistes ne peuvent pas savoir où la voiture radar tourne puisqu’elle change tout le temps de secteur. Il n’y a qu’une parade : lever le pied !. » L’ETM coûte 77000€ mais remplace avec une efficacité redoutable des contrôles de vitesse qui demandaient beaucoup de personnel.

De la prévention obligatoire

« Il y aura plus de 100 gendarmes mobilisés pour la prévention routière ce week-end, conclut Fayçal Douhane. Avec cet outil redoutable pour sanctionner les contrevenants, nous espérons éviter des accidents et protéger quelques familles ».

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page