Yourte express, nouvelle formule pour novembre !

Aujourd’hui, la yourte d’Alain et Sylvie Jacquot était ouverte à Gorhey. L’occasion pour les constructeurs de montrer ce qu’est une yourte, sa technique, son confort et de présenter le nouveau concept « yourte express » qui sera lancé en novembre. Curiosité oblige, les voisins sont venus voir cette tente insolite … mais pas seulement ! Une quarantaine de personnes intéressées ont demandé des précisions.

« Aujourd’hui, les gens doivent être mobiles pour leur travail et très peu de familles ont les moyens de s’endetter pendant 20 ou 30 ans, pour acheter leur maison, défend Pierre-Antoine Phulpin de I-Wood à Xirocourt. La yourte offre un habitat léger, qui répond à nos modes de vie. Ce n’est pas cher, c’est confortable, écologique et mobile. Ça va forcément se développer ! ».

Yourte express

Toujours ensemble, I-Wood et Hêtre nomade proposent à partir de novembre, un concept de Yourte express. 3 semaines de travail et on repart avec sa yourte ! Les inscriptions sont ouvertes jusque fin septembre. En septembre, il y aura des ateliers sur « Qu’est-ce qu’une yourte en Lorraine ? », les gestes techniques, les matériaux, les réglementations et démarches.

En kit ?

La tendance prend doucement.Pour ceux qui ne pourrait pas se libérer 3 semaines, les 2 entreprises ont sous la main, une formule en kit à monter soi-même, après avoir suivi les ateliers clé pour les connaissances indispensables.

S’entendre avec le maire

Mais il reste encore un vide juridique pour ce type d’habitat ! La loi Duflot aurait pu y remédier, mais les décrets ne sont pas encore sortis. « Pour construire une yourte, conseille Pierre-Olivier, il faut d’abord aller voir son maire, en discuter, lui expliquer votre projet et faire s’il y a accord une demande préalable au permis de construire. Après seulement, vous pouvez chercher votre terrain. »

RT2012 et assurances

Le souci, c’est qu’un permis de construire demande d’être conforme à la réglementation thermique 2012 et que ce n’est pas adapté à l’habitat léger.Autre souci, les assurances, qui ne veulent pas couvrir les risques, parce que l’habitation n’est pas ancrée dans le sol. Il va falloir faire bouger les lignes ! « La structure est tellement flexible, qu’elle bouge avec le vent et elle a très peu de risques d’être arrachée en cas de tempête », détaille Pierre-Olivier. Mais la demande va obligatoirement faire évoluer les choses.

Des yourtes livrées, des yourtes en projet

« Une dizaine de projets sont en réflexion pour des yourtes d’habitation plus grandes, 9m de diamètre avec Mezzanine, soit environ 100m2« , poursuit Pierre-Olivier Lefèvre de Hêtre nomade aux Voivres. Une yourte répondant aux normes pour recevoir du public vient d’être livrée en juillet à l’Association pour la médiation animale et équithérapie, pour assurer ses formations. Une autre a été mise en place en mars, pour agrandir la salle du restaurant « Au pont des fées » aux Voivres.

Une corvée de retourner à la maison

Sylvie Jacquot est enthousiaste. « Cette aventure, il faut la tenter ! ». Avec son mari, elle a construit cette yourte participative, qui au départ, devait être un bureau et qui est devenue la pièce à vivre préférée de la famille. « On a une maison moderne avec tout le confort, mais depuis qu’on a la yourte, on passe nos journées dedans, raconte-t-elle avec conviction. C’est une corvée de retourner à la maison pour prendre notre douche. On n’a plus envie de quitter la yourte« .

Bien-être et apaisement

« C’est quelque chose qu’on a du mal à imaginer, on ne sait pas l’expliquer, mais la yourte nous apaise. Moi je suis très speed, mais dans la yourte, j’ai envie de prendre le temps, de cuisiner. Je suis zen. Notre fille de 17 ans, qui nous prenait pour des fous et refusait de vivre comme des romanichels, quand elle a révisé son BAC, elle s’installait dans la yourte et nous virait. Elle s’y sentait plus concentrée« .

Espace d’accueil de yourtes

Même constat, pour tous ceux qui ont une yourte. Est-ce l’habitat rond ? Le bois ? « Avec une flambée, il fait tout de suite 32°C ! témoigne encore Sylvie. Dès qu’on arrive dans la yourte, on a envie d’ouvrir la porte quelque soit le temps qu’il fait ». aujourd’hui, Alain et Sylvie Jacquot pensent à s’installer complètement dans un espace yourte avec quelques convaincus pour partager des services communs comme une buanderie, des blocs sanitaires et un jardin.

Des communes y réfléchissent

« Des conseil municipaux réfléchissent à transformer un terrain de camping en espace d’accueil pour yourte, annonce Pierre-Antoine Phulpin, et quand des communes prennent le sujet à bras le corps, c’est que ça évolue et c’est une véritable opportunité pour des communes qui se dépeuplent d’attirer des populations jeunes ». L’aventure des yourtes lorraines se poursuit …

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page