EconomiePolitique

Arboriculture – le projet « DAR DAR » pour booster la mirabelle

La convention cadre entre la Région, la chambre d’agriculture Lorraine et l’association Mirabelle de Lorraine, a été signée le 26 février pour dynamiser la filière fruits de Lorraine et son économie.  Elle définit des objectifs et des moyens pour 5 ans.

« Le projet DAR DAR vient d’une volonté des acteurs de la filière fruits de Lorraine de donner un élan, un coup de fouet à cette filière économique, en se donnant les moyens de faire bouger les choses », explique Etienne Claudel, lui-même arboriculteur de Gugney-aux-Aulx dans les Vosges et acteur du projet.

L’arboriculture, c’est 215 exploitations en Lorraine, 12 dans les Vosges, auxquelles on peut ajouter une quinzaine de producteurs de myrtilles.

« Autant d’emplois qu’à Florange ! »

Les vergers couvrent 2500ha, mais les professionnels n’en exploitent que 1200ha. Les 1300ha restants sont des vergers familiaux. C’est également 600 équivalents temps plein. « Ce n’est pas négligeable, autant que Florange », compare Etienne Claudel.

« Nous avons un verger qui n’évolue plus ni en surfaces, ni en nombre d’installations, constate Etienne Claudel. La mirabelle est le produit phare de la Lorraine. Elle a une aura. L’objectif de DAR DAR est que, dans un contexte où le tissu industriel s’en va, la mirabelle conserve sa place et crée de la valeur ajoutée ».

Rajeunir les vergers et les installations

Dar Dar prévoit de rajeunir les arbres pour qu’ils produisent plus et soient moins vulnérables aux agressions, mais aussi les hommes en favorisant l’installation de jeunes arboriculteurs.

« Actuellement la production annuelle est de 4000 T, précise Etienne Claudel, l’objectif est de parvenir à doubler la production régulière sur 5 ans ».

Développer les souches précoces et tardives

Il est prévu de réintroduire des souches un peu oubliées, plus précoces ou plus tardives de manière à étaler la production sur une période plus étendue. « Les fruits de début et fin de saison se vendent plus chers qu’en pleine production », calcule Jérémy Soulié, de la chambre d’agriculture Lorraine. Il est prévu de renouveler 40 ha en moyenne par an, soit 200ha sur 5 ans, dont ¼ devrait être réservés à de nouvelles installations ou à des jeunes qui viennent de s’installer.

Valoriser les fruits de proximité

« Sur cet aspect circuits courts, le projet prévoit surtout une opération de communication pour promouvoir les fruits locaux dans les points de distribution, explique Jérémy Soulié. Il s’agit que les consommateurs apprennent à repérer la différence qualitative  des fruits de Lorraine».

15 000 à 16 000 € devraient être réservés à cette communication en 2013. « 40 000T de fruits sont produits en Lorraine et seulement 4000T vendus en Lorraine, tout est dit, il y a du chemin à faire ! », illustre Etienne Claudel.

Aider les entreprises à innover

Il s’agit d’accompagner les arboriculteurs dans de nouvelles méthodologies ou technologies, et d’aider les entreprises de transformation à trouver de nouveaux process. « 4% du chiffre d’affaire annuel sera investi dans la recherche et développement », détaille Jérémy Soulié. Le chiffre d’affaires se monte à 28,7 M€ dont 22M€ sur des produits d’origine Lorraine. « Il s’agit d’encourager l’innovation dans la culture ou la transformation des produits ». Ce qui devrait permettre également de relocaliser la transformation. 4 organisations de producteurs occupent le terrain et sont prêtes à développer de nouveaux process.

Dernier axe, la formation

Un projet qui devrait fédérer producteurs et transformateurs dans un rapport « gagnant-gagnant ». Il esquisser des perspectives de valeur ajoutée pour toute la filière. Materne a quitté la région mais peut-être Dar Dar  permettra-t-il de réinvestir les confiture et les fruits au sirop locaux.

 

 

 

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page