Epinal – Une rentrée tout ce qu’il y a de plus « normale »

Comme chaque année, c’est la  traditionnelle tournée des écoles pour Michel Heinrich et son équipe. La ville ayant reporté la réforme des rythmes scolaires à 2014, cette rentrée est tout ce qu’il y a de plus normale et détendue.

Heureux de retrouver les copains et de se plonger à nouveau dans le bain scolaire, les CM2 de Pascal Lambert, directeur de l’École du 149e RI, s’exercent à écrire la date du jour en allemand. Ici, c’est la langue étrangère requise.

En allemand

Tant pis pour les 3 nouveaux qui avaient commencé l’anglais ! Ils devront ranger ces brides d’apprentissage dans un coin de leur mémoire jusqu’au collège. Pas de chance ! Ou au contraire, s’ils ne mélangent pas tout avant, c’est le risque, ils seront familiarisés avec 2 langues.

Déjà opérationnels

Frais et reposés, les élèves ne se découragent pas pour si peu. Ils n’ont pas l’air perturbés pour autant. Les habitués n’hésitent pas à lever le doigt pour suggérer la réponse. On décortique, on répète. La date permet de réviser les chiffres, de rappeler que les noms prennent une majuscule en allemand. Quelques heures à peine et déjà opérationnels !

Une classe spécialisée handicap moteur

Au fond du couloir, la CLIS (classe pour l’inclusion scolaire) accueille des enfants handicapés moteurs. Elle a une capacité de 12 places, mais seulement 8 inscrits. « Nous avons toujours eu les moyens de fonctionner dans cette classe », reconnaît l’enseignante. Et ici pas de problèmes de rythmes scolaires puisque les parcours sont aménagés en fonction des impératifs de soins et de rééducation.

De 10 à 8 élèves

Par contre comme la classe a perdu 2 élèves, passant de 10 à 8, elle a dû rendre les heures de  la seconde auxiliaire de vie.

Les enfants se préparent à gagner la cour pour la récréation. Ils sortent un peu avant les autres pour ne pas subir la bousculade. Tout semble rôdé.

En passant par la Maternelle

Michel Heinrich et son équipe passe par la Maternelle du groupe. Les petits casqués enfourchent leurs tricycles. Les grands de maternelle sont déjà en selle sur des deux roues. Ils sont en admiration devant les grands, qui les appellent du haut de leur cour. Quelques-uns plus osés interpellent le maire, qui vient leur serrer la main à travers les barreaux de la rambarde de protection.

30 élèves en moins sur la ville

Les effectifs restent stables cette rentrée à Épinal. Seulement 30 élèves en moins sur les 2635 de la Ville. Et un système d’activités périscolaires qui est apprécié. « Je voudrais bien que tout reste comme avant », avoue Pascal Lambert, traduisant la pensée de beaucoup d’enseignants et parents convaincus par le dispositif « Aménagement du temps de l’enfant » mis en place depuis 1989 par la Ville.

1 an pour concilier le dispositif spinalien et la réforme des rythmes

Enseignants et enfants ont encore un an pour en profiter tels quels, car à la rentrée prochaine, la réforme devra s’appliquer sans exception. Et la ville devra trouver le moyen de concilier ses ambitions avec les exigences du gouvernement. Un exercice qui tient un peu du casse tête.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page