Politique

Épinal – Nouveaux rythmes scolaires en 2013 peut-être …

Les rythmes scolaires étaient à l’ordre du jour du conseil municipal ce jeudi soir. Si le principe fait l’unanimité, il devient beaucoup plus difficile de concilier les nouveaux rythmes avec l’aménagement du temps de l’enfant (ATE) en place depuis plus de 23 ans dans 10 écoles d’Épinal. Le casse tête spinalien !

 Pionnière en la matière, la ville a mis en place en 1990 sous l’impulsion de Philippe Seguin, un aménagement du temps de l’enfant, dispositif pilote qui s’est généralisé aux écoles volontaires.

Les journées étaient allégées, la durée des vacances d’été raccourcie. Les enfants avaient cours 5 matinées de 8h à 12h et un après-midi de 14 à 16h30. Les 3 demi journées restantes étaient consacrées à des activités périscolaires.

Un formidable moyen de démocratiser les pratiques culturelles, artistiques et sportives et d’éveiller la sensibilité d’un maximum d’enfants.

Des moyens et du personnel

La ville s’est donnée les moyens nécessaires d’assurer ce dispositif dans de bonnes conditions. Le système a fonctionné jusque 2008, où la réforme Darcos a imposé une semaine de 4 jours. Les 3 demi journées sont alors devenues 2 demi journées.

Ainsi, chaque élève, à la fin de sa scolarité primaire, a découvert au moins 24 activités sportives et culturelles différentes, et les principaux équipements de la ville.

87 animateurs, 10 coordinateurs, 1000 enfants

Aujourd’hui, 10 coordinateurs (un par école) assure le lien entre le service municipal de l’éducation et les écoles. Chacune des écoles a mis en place un projet pédagogique, qui donne du sens aux activités proposées aux élèves.
Les activités sont encadrées par des agents municipaux spécialisés (animateurs territoriaux, éducateurs sportifs, adjoints d’animation ou encore opérateurs des animations prévention sécurité).

Au total, 97 animateurs et coordinateurs interviennent sur le dispositif ATE, et 1000 élèves en profitent.
La ville s’est équipée de matériel pédagogique adapté, en nombre suffisant. Elle assure également le transport des élèves sur les lieux de pratique.

Concilier l’Aménagement du temps de l’enfant et les nouveaux rythmes

Ce qui pose problème à la plupart des communes, à savoir la mise en place du dispositif, le coût et l’organisation du transport, le financement des animateurs et des activités, est déjà en place à Epinal.

Pas question donc que l’aménagement du temps de l’enfant bien rôdé et plébiscité par les utilisateurs, les parents et les écoles, soit supprimé ! Il doit être combiné avec les règles des nouveaux rythmes scolaires.

La réforme impose 24h de temps scolaire par semaine sur 9 demi journées. Une journée de classe doit être au maximum de 5h30, une demi journée peut contenir au maximum 3h30 et la pause de midi doit être au minimum de 1h30.

Bloquée par le décret

« Cette répartition amène à alléger la journée de 45 mn en moyenne, temps qui sera consacré à des activités périscolaires, explique Michel Heinrich. S’il est aisé de partager les objectifs de la réforme, qui visent une amélioration des rythmes de l’enfant, on arrive au résultat inverse en passant de 8 demi journées à 9. Il aurait fallu revoir le temps sur l’année pour alléger le rythme scolaire de l’enfant. J’ai réuni à plusieurs reprises les directeurs d’école et interrogé la CAF pour trouver une solution ».

45 minutes pour faire une activité, est insuffisant et ne permet pas un transport des enfants. Les éducateurs optent pour des séquences de 2h au minimum.

1 ou 2 après-midis d’activités

La proposition serait donc de regrouper ces 45 mn journalières sur 1 ou 2 après-midis d’activités. Ces activités sont gratuites et encadrées par le personnel municipal compétent. Mais cette organisation nécessite des dérogations puisqu’elle répartit le temps scolaire sur 7 ou 8 demi-journées, au lieu des 9 inscrites dans le décret. Le temps scolaire manquant serait alors compensé par un léger allongement de l’année scolaire. « La CAF n’est pas favorable à des activités sur 45 minutes, mais elle nous aiderait sur le système de 1 ou 2 demi journées d’activités », rapporte le maire.

Avec ou sans dérogation

« Les demandes de dérogation ont été déposées auprès des services de l’Éducation nationale et transmises au Ministère, annonce le maire. A cette heure, nous n’avons aucune réponse ».

Le conseil a décidé à l’unanimité d’appliquer cette réforme dès la rentrée 2013, si la dérogation est obtenue à temps. Dans le cas contraire, l’application de la réforme serait reportée à la rentrée 2014. « Il faudrait alors réfléchir à une mise en place cohérente car il est impossible pour nous de mettre tous nos animateurs en intervention en même temps pour les mêmes 45 minutes et qu’ils n’aient plus rien à faire ensuite », constate Michel Heinrich.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page