Actualités

Festival de Gérardmer – Bone Tomahawk décroche le Grand Prix !

Le western Bone Tomahawak de S. Craig Zahler est le grand vainqueur de la compétition Long métrage 2016. Mais apparemment la bataille a été encore plus dure que les autres années ! Évolution de Lucile Hadzihalilovic est distingué 2 fois, une première fois pour le prix spécial du Jury et une 2e fois ex-aequo avec Jérusalem de Doron et Yoav Paz pour le Prix de la critique. Quenotte remporte le Grand prix du Court métrage.

« Je suis épaté par les jurys et heureux de voir beaucoup de jeunes dans notre Festival« , se réjouit Lionel Chouchan, créateur du Festival et toujours enthousiaste pour cette 23e édition. Le Festival de Gérardmer a la particularité d’être très populaire. La fréquentation, qui augmente chaque année, mêle allégrement les publics extérieurs et les populations locales, des cinéphiles et des amateurs. « Que ça tourne! », lance l’initiateur du Festival.

Quenotte, Grand prix du Court métrage

C’est à Dominique Pinon, président du Court métrage, que revient la main. Il salue la qualité de réalisation et d’interprétation d’un ciel presque parfait, mais c’est « Quenotte » de Pascal Thiebaux & Gil Pinheiro, qui a la préférence.

Southbound, Prix du jury jeunes et The Witch Prix Syfy

Pour les jeunes, l’expérience fantastique se termine avec la sélection de « Southbound » de Radio Silence, Roxanne Benjamin, David Bruckner & Patrick Horvath. Émue, la présidente du Jury Jeunes de la Région salue la mise en scène et l’originalité du film. Pour Syfy, ce sera « The Witch » de Robert Eggers pour sa qualité plastique et son parti pris. « Le film se passe en 1630, mais depuis, rien ne semble avoir changé », commente le président du Jury.

Entre joie et tristesse … mais pas gore

« Une soirée de clôture, c’est un sentiment de joie pour ce vécu exceptionnel, mais aussi de tristesse de voir ces festivités se terminer », déclare Stessy Speissmann, maire de Gérardmer pour le Prix du public. C’est « The Devil’s Candy » de Sean Byrne qui a séduit. Le film est également distingué pour le Prix de la meilleure musique.

Le travail fou des petites mains, toujours avec gentillesse

Une occasion de remercier toutes les petites mains du Festival, les organisateurs, les bénévoles, les jurys et dernier maillon, le public, « qui a pu découvrir que Gérardmer était un réservoir d’eau pour notre territoire ! », plaisante le 1er magistrat. Mais c’est un temps propice au cinéma !

Il a fallu planquer les couteaux !

« Tous les ans, on dit que le choix a été difficile, mais cette année, les discussions ont été acharnées, raconte Philippe Rouyer, critique cinéma. Il a fallu planquer les couteaux ! Nous avons cherché un film qui réunisse le mieux une vraie vision d’auteur, un film qui traduise un monde à lui et c’est évolution qui a remporté les suffrages ».

Un film au delà de la distraction

Même démarche pour le jury long métrage présidé par Claude Lelouch. « Nous avons essayé d’aller au delà de la distraction, pour aller vers des films qui nous ont vraiment intéressés et le film que vous avez choisi, je l’adore ! ». C’est Bone Tomahawk.

Un film qui cache son jeu, mais un peu lent

« Un sujet faussement déjà vu, traité avec une certaine liberté un humour fin. Un rythme qui prend son temps, peut-être trop, relevé par un superbe casting. Un film  à la croisée des genres qui joue des contrastes pour surprendre et distiller une atmosphère de malaise« , commente un spectateur.

 

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page