Actualités

Justice – Un stage pour prévenir les récidives des violences faites aux femmes

Ils ont été interpellés pour des violences minimes faites aux femmes et pourront à partir d’octobre bénéficier d’un stage de 4 demi journées en groupe, pour en parler et prendre conscience de la gravité de leur acte. Il sera proposé en alternative aux sanctions ou en complément d’une obligation de soins.

Ce stage de 2 jours est payant et coûte 250€. « La première demi journée se passera dans la bibliothèque du tribunal pour garder un caractère solennel et travailler sur le rapport à la loi, explique Étienne Manteaux, procureur, les 3 autres demis journées se dérouleront dans un lieu plus libre et viseront à libérer la parole et à travailler la thérapie de groupes.

Pour 10 à 12 personnes

Le groupe sera constitué de 10 à 12 personnes encadré par 2 psychologues cliniciens de l’ADAVEM 88 (association de victimes). Il abordera les 4 points suivants : la violence au regard de la loi, les mécanismes de la violence, les effets et impacts de la violence, comprendre et changer. Le stage utilisera différents supports écrits, témoignages, films … Il sera animé par l’association Terre à vivre de Nancy, qui a l’habitude de ce type d’intervention, mais porté par France victimes de Saint-Dié.

Premier stage en octobre

Le premier stage pourrait avoir lieu en octobre. « Les forces de l’ordre interviennent 1200 fois par an dans les Vosges (100 fois/mois) pour des phénomènes de violence, souligne le préfet Jean-Pierre Cazenave-Lacrouts, souvent dans la sphère familiale et la plupart du temps dans un contexte aggravé par l’alcool« .

Un stage pour prévenir la récidive

« Des procédures ont été mises en place pour les victimes de violence depuis 5 ans, avec des personnes spécialisées dans les commissariat, des places d’hébergement protégé, les téléphones grand danger, il y a en a 4 bientôt 5 sur les Vosges, et maintenant, le préfet et  le procureur ont décidé d’une convention pour la mise en place d’un stage de responsabilisation pour prévenir les récidives ».  Pour être efficace, la lutte contre les violences intègre la prise en charge des victimes,

mais aussi celle des auteurs.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page