Opération « Pousse la brouette », 450kg de nourriture collectés

Pour la 2e année, des jeunes éraient invités à « pousser la brouette » pour collecter de la nourriture pour les plus démunis. 450kg de denrées alimentaires ont été récupérés, samedi . Solidarité encore au centre du débat proposé le soir, par les associations solidaires. Une soixantaine de personnes ont répondu présents.

Une trentaine de jeunes de la  JOC (jeunesse ouvrière catholique), des aumôneries lycéennes et étudiantes, et des scouts de France se sont retrouvés à la Maison diocésaine à l’appel de l’Association Festi Jeunes  pour cette seconde édition des Brouettes du Coeur.

Du porte à porte

Malgré la pluie, Sophie Chevalley, présidente de l’association Festi Jeunes, n’a pas eu à faire de long discours pour mobiliser ses troupes. Par équipe de 2 ou 3, les jeunes ont frappé aux portes ou se sont postés devant les magasins, pour récolter le maximum de denrées alimentaires. Aurélien et Corentin, pionniers scouts, ont même entrainé Elisabeth, leur mère, dans l’expédition.

Des jeunes qui se mobilisent

Ce sont les équipes de la Conférence St Vincent de Paul qui se chargent du stockage et de la redistribution. Pour Jean Claude, c’est un plaisir de voir ces jeunes se mobiliser autrement qu’en virtuel sur des écrans. « Ils ne choisissent pas la facilité, se réjouit Anne-Laure, leur présence est un splendide témoignage qui nous rassure pour l’avenir« .

Situations critiques

Lors du débat, les acteurs de la solidarité insistent sur leur complémentarité. Mais les militants d’Amnesty International qui interviennent dans les prisons, entrent dans le vif du sujet et disent leur rage devant les situations critiques qu’ils y trouvent.

 Aider même quand on est aidé

Mourad, lui, explique qu’il a découvert avec les Relais de Noël, l’aide qu’il pouvait aussi apporter en participant à la manutention de la nourriture venant de la Banque alimentaire, alors qu’il avait lui-même été aidé. Quant au benjamin, Marc, 12 ans, il se dit  » à fond » et découvre que s’occuper des autres, est enrichissant.

Mieux coordonner

Ces volontaires témoignent de leur expérience, des difficultés auxquelles ils se heurtent au quotidien. Ils ont placé l’autre au coeur de leur vie et se battent pour ne laisser personne sur le bord de la route.
Pour Anne-Laure, un regroupement de tous ces volontaires sous un même intitulé « Action Coeur »,  permettrait de mieux coordonner l’aide, de comprendre les problèmes et d’y pallier dignement, plutôt que de dispenser un assistanat maladroit.

Des bénévoles mobilisés contre la misère et l’exclusion

Mais ces initiatives prouvent que si la misère existe dans les Vosges, les acteurs et les volontaires pour y pallier aussi !

Valentin Vaxelaire

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page