Actualités

Rambervillers – 4 fois plus d’arrêts maladie que la norme à la ville !

La CFDT a fait une lettre ouverte au maire de Rambervilers pour dénoncer la souffrance des agents. Dernièrement, les 5 agents de la police municipale était en arrêt maladie ! « 30% des agents ont eu un arrêt maladie dans l’année, soit 4 fois plus que la valeur maximale », dénonce l’Interco CFDT, qui demande au maire de revoir son management.

La lettre ouverte parle de souffrance au travail. « Vous avez entrepris le démantèlement méthodique de la mission de service public dont nous sommes redevables auprès des Rambuvetais », dénonce la CFDT. On peut comprendre qu’avec des crédits en baisse, on puisse vouloir faire mieux avec moins, mais pas au prix de la santé des personnes.

On ne résout pas les problèmes !

« Il y a très souvent des gens qui pleurent, témoignent les personnes du CHSCT (comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail ). les relations sont tendues. Il n’y a pas de dialogue social et rien n’avance ! Au CHSCT, on parle toujours des mêmes problèmes et pour cause, on ne fait rien pour résoudre les problèmes. » Le maire n’a pas assisté au dernier comité du 7 juin.

Tous les policiers municipaux en arrêt

Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est que tous les agents de la police municipale soient en maladie ! Tous en même temps, secrétaire comprise ! « Le maire leur a fait construire un local, explique la CFDT. Ça partait d’une bonne intention, mais il a voulu faire vite à moindre coût. Tout le monde l’a mis en garde sur le fait que c’était trop petit et pas adapté. Il l’a fait construire sans demander de permis de construire et le demande maintenant. Mais il semblerait qu’il lui ait été refusé, parce que le local se trouve en zone inondable. »

Faire, défaire et refaire

« Autre exemple, il a validé les plans de jardins. Ils ont été réalisés comme prévu et tout le monde était satisfait du résultat, mais Mr le maire a décidé que ça ne lui convenait pas. Il les a fait démonter et refaire. Pourquoi n’a-t-il pas pris le temps d’étudier sérieusement les plans et d’en discuter avec les services, … mais en les écoutant ? C’est de l’argent et du temps gaspillés et le sentiment pour les agents que leur travail n’est pas reconnu à sa juste valeur ».

Trop de sous effectifs qui empêche le bon fonctionnement

« A la médiathèque qui fonctionnait bien, ils sont passés de 4 agents à 3. Ils se sont réorganisés et ça marchait encore bien, mais une femme est partie en congés de maternité, et là, ce n’est plus possible. Mais le maire refuse de remplacer le poste. Pourtant cette personne a annoncé qu’elle demanderait à reprendre avec un contrat à 80% du temps ».

Ordres et contre-ordres en continu

Les sous effectifs dans beaucoup de services mettent une pression intenable sur les agents qui restent en poste. « Tout est comme ça, poursuivent les représentants CFDT et le CHST. Le maitre chien n’a pas de chenil, on enlève les astreintes aux policiers municipaux alors que c’est ce qui leur permet d’avoir un salaire un peu plus élevé pour les confier à une entreprise privée qui coûte chère. Il y a ordres et contre-ordres en continu, ce qui fait que plus personne ne sait ce qui est attendu ».

4 fois plus d’arrêt maladie que la valeur admissible

« Il y a eu plusieurs Burn Out et énormément de personnes sont en souffrance, déplorent les représentants. Il y a à la ville 4 fois plus d’arrêts maladie que la valeur maximale admissible pour une collectivité. Même le médecin du travail s’interroge, il faut sortir de l’ornière ! Que les personnes du conseil prennent leur responsabilité, avant qu’on ait un drame ! Nous, on veut tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard. Mais le problème se pose également avec les commerçants et les associations ».

Pas de réponse du maire

Le maire a été appelé plusieurs fois, il n’a pas répondu. Nous lui donnerons la parole quand il voudra la prendre.

Lettre-maire-Rambervillers

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page