Actualités

Remiremont – 20e jour de grève de la faim pour Aurélien Fréchin et le compte n’y est pas !

20e jour de grève de la faim pour Aurélien Fréchin toujours en conflit avec le conseil départemental sur le paiement d’heures travaillées comme veilleur de nuit et le compte n’y est pas ! 70 personnes ont apporté leur soutien à Aurélien cet après-midi devant la permanence de François Vannson et la pétition compte plus de 1000 signatures.

Le président du conseil départemental a fait verser 41 778, 41€ à la caisse des avocats. Une ouverture que refuse Aurélien Fréchin craignant qu’elle ne fige les négociations. Pour lui, le compte n’y est pas ! On lui doit 53 000€ et pas 41 700€ !

Pointer vers le décideur

« Le vrai décideur, c’est le président du conseil départemental, pointe Karim Toumi, éducateur au Conseil départemental et syndiqué. On nous balade depuis des années. Aujourd’hui, nous avons voulu pointer du doigt celui qui laisse pourrir la situation. Il y a eu une décision de justice qui a donné raison à Aurélien Fréchin. Le conseil départemental n’est pas au-dessus des lois, il doit payer. Aujourd’hui, Aurélien ne voit pas la vie en Vosges, mais la subit ! »

Des fiches horaires qui ont été validées

« Le conseil a validé des fiches horaires, donc les calculs ne sont pas compliqués. C’est un nombre d’heures validé par le coût horaire, tout est réglementé. Monsieur Vannson prétend qu’il n’avait pas les éléments, mais c’est lui l’employeur et tout a été fourni pour la procédure précédente, qui a condamné le conseil départemental. Monsieur Vannson a fait la sourde oreille jusqu’au moment où la presse a communiqué », déplore le collectif de soutien.

En cas de refus, ce sera la Justice !

D’autres veilleurs ont déposé ou sont en cours de constitution d’un dossier pour réclamer leur dû. Une menace que redoute le Conseil départemental. Tous les agents ont reçu en fin de semaine, un courriel pour les informer du versement  des 41700€ qui mettrait fin aux négociations. Si Aurélien Fréchin refuse, ce sera la justice. « Sauf que la justice a déjà statué et l’a condamné ». Maitre Stéphanie Picoche a également saisi la justice pour faire appliquer le jugement.

On est inquiet pour la santé d’Aurélien

« On va s’occuper du suivi médical d’Aurélien, annonce Delphine Rouxel, secrétaire départemental de la CGT, parce qu’on est inquiet pour sa santé. On va réfléchir à une alternative, parce qu’il se met en danger. Son combat est louable. Il faut montrer que les salariés sont malmenés. La communication du département est lamentable et la dernière lâcheté est de remettre en cause la réalité de sa grève de la faim ».

On bloquera la rue s’il le faut

« C’est honteux pour la Collectivité, s’insurge Karim Toumi, elle cherche juste à casser le mouvement. C’est un ex-agent contre une armée de DRH, l’image est déplorable ! ». » Le département doit juste à Aurélien le prix de la montre de François Fillon », plaisante Dominique Cholez. En tout cas, s’il n’y a pas de changement, les soutiens d’Aurélien et la France insoumise envisagent de bloquer la rue de la préfecture toute une journée.

http://www.actu88.fr/aurelien-frechin-11e-jour-de-greve-de-la-faim/

http://www.actu88.fr/conflit-avec-le-departement-ils-soutiennent-aurelien-frechin/

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page