Sécurité routière – Mieux qu’hier et bien moins que demain !

Le nombre de tués en 2015 est de 22. C’est le taux le plus bas jamais enregistré. Il est en baisse de 21% par rapport à l’année dernière. Le nombre d’accidents (-19%) et de blessés (-22%) sont également en diminution. Une satisfaction pour les services de sécurité, mais un mort est toujours un de trop !

Des chiffres que le procureur, Étienne Manteaux, qualifie de très bons, « d’autant plus que le nombre de kilomètres a été multiplié par 7 » souligne-t-il. En 1972, on avait encore 157 morts ! ». La diminution est constante, preuve que les 2 piliers d’action, prévention et répression, sont maniés avec efficacité. Pourtant, si la sécurité augmente, elle comporte une part importante d’aléas.

2 nouvelles mesures préventives en 2015

2 nouvelles mesures ont été mises en place en 2015 : les mesures alternatives à la sanction pour les seniors de plus de 70 ans ayant commis une infraction. Les contrevenants sont invités à payer une heure de bilan avec une auto école au lieu de payer l’amende, et le réseau de correspondants de sécurité des communes. 325 communes se sont impliquées et ont nommé leur correspondant.

Réactualiser leurs compétences

En 6 mois, 27 personnes ont été concernées par la mesure Senior. « L’objectif n’est pas de leur interdire la conduite, mais de permettre une réactualisation de leurs compétences, comme apprendre à prendre les ronds-points par exemple », précise le directeur de la sécurité publique, Michel Klein. « Le moins bon résultat a confirmé des capacités à 75%. Un conducteur de 95 ans a été pleinement confirmé dans ses capacités, mais de lui-même, il a souhaité reprendre 3 leçons« ,  se félicite Étienne Manteaux.

Signalements et prévention scolaire

Le signalement des personnes qui ne semblent plus avoir toutes leurs capacités pour la conduite, est également en augmentation de 50%. Ces personnes passent alors une visite médicale pour vérifier qu’elles peuvent conduire sans danger pour elle ou pour  les autres usagers de la route. La prévention passe évidemment par les écoles et les collèges. En 2015, 16300 élèves ont bénéficié de 240 interventions, dont un concours en ligne.

Des infractions en augmentation

Une prévention qui s’avère nécessaire mais pas suffisante, puisqu’en 2015, 43 000 infractions ont été constatées (contre 33 000 en 2014), indépendamment des 108 877 infractions relevées par les radars automatiques. 1372 permis ont été suspendus (contre 1233 l’année dernière). Les causes principales des accidents mortels restent le refus de priorité (39%), une vitesse excessive ou inadaptée (39%) ou la conduite sous l’emprise de l’alcool (17%) ou de stupéfiants (6%).

+ 218% de conduite sous stupéfiants !

A ces causes s’ajoutent encore trop souvent la ceinture de sécurité qui n’est pas bouclée ou le casque pas mis. Ces défauts sont en progression de 80%, alors que ces dernières années, le geste de boucler sa ceinture semblaient automatisé. La conduite sous stupéfiants accuse cette année, une hausse fulgurante (+ 218%)  très inquiétante. Ce sera sûrement un des points sur lequel se focaliseront les mesures 2016. Le refus de priorité (+ 59%) suit également de près parmi les points noirs. Et comme le dit le colonel Dominique Schoener, commandant du groupement de gendarmerie : « On ne peut pas se satisfaire de ces 22 morts ! ».

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page