Tour d’horizon des principaux dossiers avec le préfet

Mardi matin, le préfet faisait un point sur les principaux dossiers en cours. A l’ordre du jour, la sécurité, le loup, les seuils d’intercommunalité, la pollution et l’aéroport de Mirecourt.

Balayage de la sécurité publique.  » Après quelques inquiétudes en début d’année, les vols dans les résidences ont baissé de 5, 4% et de 10,4% dans les locaux professionnels, annonce Gilbert Payet, préfet des Vosges.

Violences aux personnes en hausse

Par contre, les atteintes aux biens et les violences aux personnes sont en augmentation respectivement de 3,2% et de 16,8% . « Ça se passe souvent dans le cadre familial ».  Les violences physiques crapuleuses, menaces, insultes et coups sont en hausse de 35, 8% « Nous avons peu de prises sur ces éléments, mais nous pouvons essayer de savoir ce qui explique cette dérive ».

 Stupéfiants et accidents en hausse

Un autre chiffre en hausse, concernent les infractions liées aux stupéfiants qui augmentent de 6, 08%, mais il apporte la preuve de l’efficacité des services des forces de l’ordre car plus d’affaires sont élucidées. Pour la sécurité routière, en zone gendarmerie, l’année a mal démarré mais la tendance évolue bien, alors qu’en zone police, l’augmentation du nombre d’accidents se poursuit. Le nombre de tués est déjà de 20 en 2014,  et on enregistre une augmentation du nombre d’accidents et de blessés d’environ 10 %. « La semaine prochaine, il y aura une opération lourde contre le téléphone au volant ! », annonce le préfet.

Le loup n’est plus beaucoup sur les Vosges

Pour l’instant, le loup ne sévit plus trop sur les Vosges. « Mais je ne pense pas que les Vosges soient à l’abri. On craignait une recrudescence quand les louveteaux aurait atteint l’age adulte, mais apparemment, ils chassent plutôt  sur les départements voisins« . Les attaques sont en baisse 22 attaques et 28 victimes en 2014, contre 45 et 79 victimes en 2013 et 74 et 142 victimes en 2012. De ce fait, seul Jean-Yves Poirot, dispose d’une autorisation  à tirer.

Intercommunalité, le seuil de 20 000 habitants

C’est reparti pour un nouveau regroupement des intercommunalités pour parvenir au seuil de 20 000 habitants. La première réunion aura lieu le 24 octobre. 3 principes : privilégier les bassins de vie, et tolérer quelques dérogations pour des zones vraiment peu peuplées ou pour des raisons de relief. Le schéma devra être élaboré en fin d’année 2015 et sera mis en place en 2016 pour être effectif en 2017.

Des excédents qui ne menacent pas la faune et la flore

Répondant à l’attaque des associations du Collectif rivières propres, qui avait qualifié la Cleurie de rivière « la plus polluée de Lorraine« , le préfet répond que c’est la moins polluée de Lorraine. « 2 phrases aussi exactes l’une que l’autre« , commente-t-il. Au cours de la période de 2011-2012, 286 pesticides ont été recherchés par l’agence de l’eau dans la Cleurie. 11 substances ont été répertoriées dont 3 au dessus de la norme de 0,1 μg/l. Le glyphosate avec une valeur maximale de 0,59 μg/l, l’AMPA avec une valeur de 36 μg/l et le glufosinate, une valeur de 0,39μg/l.

Trouver le pollueur

Les concentrations en AMPA observent 3 pics à 36 μg/l, 10 μg/l et 6 μg/l. « Les concentrations relevées restent en dessous des valeurs assurant la protection de la faune et la flore evaluées entre 28 et 64 μg/l pour le glyphosate et 80 μg/l pour l’AMPA. Or le dernier bilan réalisé en 2013 montre que la faune et la flore aquatique se portent bien« , défend Gibert Payet, qui conclut qu’il n’y a pas de danger. « Nous allons essayer de remonter le cours d’eau pour voir ce qui provoque ces pics.Il y a des blanchisseurs, des fromageries, des agriculteurs et des particuliers. Il est possible que ce soit du coton importé dont les pesticides se retrouvent dans l’eau ». Il ne reste plus qu’à convaincre l’Agence de l’eau que ces analyses sont nécessaires.

Quand on n’a plus, on ne fait plus !

Quant aux baisses de dotation, le préfet est très clair :  » Quand on n’a plus, on ne fait plus ! ». Il souligne que la dotation du conseil général n’a baissé que de 1,3%, baisse largement compensée pour lui par des fonds de péréquation. « Les dotations des territoires ruraux ont augmenté de 5% », déclare-t-il. Il va falloir mutualiser, mais pour cela, les collectivités attendent de savoir quelle sera la répartition des compétences.

80 à 100 licenciements par mois, les seniors trinquent

Au niveau de l’emploi, les Vosges comptent 80 à 100 licenciements par mois. « Un bilan ni bon, ni catastrophique« , commente le préfet. 403 emplois avenir ont été signés en 2014. « Les dispositifs d’emplois aidés ont fait leurs preuves », constate-t-il.  La baisse du chômage chez les jeunes se confirment sauf sur la Déodatie. Il diminue chez les chômeurs de moins d’un an et de moins de 2 ans. Par contre, la tendance amorcée l’année dernière se confirme. Le chômage augmente pour les seniors et les chômeurs de plus de 2 ans.

Plus d’exclusion de la garantie jeunes

« Sur les Vosges, nous sommes allés plus vite pour l’entrée des jeunes  en contrat de garantie jeunes, mais le taux d’exclusion est de 14%. C’est le plus élevé. Il est de 7% au niveau national, mais c’est le jeu : aide toi et on t’aidera », observe-t-il.

L’OCDE convaincra-t-elle UPM ?

Pour UPM, « la médiation OCDE est symbolique, mais est-ce que UPM peut se permettre de risquer une condamnation de la part de l’OCDE ? », questionne Gilbert Payet. UPM s’est engagé sur 2 M€ pour la revitalisation du site. Ils auraint pu se limiter à 825 000€. La convention prévoit 6 mois pour que l’État trouve un repreneur, mais l’État n’a aucun moyen de l’imposer à UPM. Or, c’est bien là que ça coince, puisque tous les repreneurs sont éliminés les uns après les autres.

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques au niveau international

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page