Vandières – La gare TGV qui fait couler de l’encre !

Louvigny ou Vandières, mais quel est le débat ? Louvigny est une gare de dépannage prévue pour être relayée par la gare de Vandières dès que possible. Vandières se trouve au centre de toutes les lignes régionales. Alors qu’est-ce qui bloque et déchaîne les passions ? La consultation publique du 1er février a au moins le mérite de susciter des réunions d’information et des débats.

« La gare de Louvigny a été créée parce qu’il fallait une gare pour que le TGV s’arrête, explique Jean-Pierre Moinaux, vice-président à la Région Lorraine. Tous les conseils départementaux et régionaux avaient signé à l’époque en novembre 2000 pour construire la gare de Vandières, mais il fallait aller vite, car une fenêtre s’ouvrait pour le financement de cette ligne TGV. On n’avait pas le temps de faire Vandières qui demandait des travaux importants avec des passerelles en hauteur. On a fait une gare d’appoint à Louvigny. »

Un projet d’utilité publique

Des travaux de préparation de Vandières ont été réalisés pour 23,7M€ et la gare provisoire de Louvigny a été construite pour 20M€ rapidement au milieu de « nulle part ». Le projet a été déclaré d’utilité publique en 2011.

Des citoyens échaudés

Mais les citoyens sont échaudés par des projets menés sans en étudier tout l’impact. Ils ne veulent plus qu’on dépense leur argent pour des projets qui, de merveilleux deviennent boiteux et engloutisseurs de fonds ! Ils veulent des projets réfléchis globalement sur tout le trajet avec toutes les cartes en main. « On a Louvigny, avancent les détracteurs, pourquoi recréer une nouvelle gare à 20km ? Où est la cohérence ? ».

Seulement une gare d’appoint, pas accessible en train

« Louvigny n’a pas été conçue pour durer, c’est une gare de dépannage, au milieu de nulle part et qui n’est pas accessible en train. Pour prendre le TGV, il faut actuellement prendre sa voiture, le taxi ou la navette. Ce qui complique le trajet car il faut également laisser sa voiture au parking, dont le tarif est élevé », répond Jean-Pierre Masseret, président du Conseil régional de Lorraine.

170 gares en interconnexion

Vandières, c’est la connexion à tous les réseaux régionaux et toutes les grandes lignes. « Cette gare permettra au Sud lorraine et à l’ensemble des territoires lorrains d’être raccordés via le TER aux lignes LGV (vers Aéroport Paris, Bordeaux, Nantes, Lille…)  et ce, sans être contraint d’utiliser sa voiture pour se rendre à la gare (provisoire) d’interconnexion de Louvigny » défendent les partisans de Vandières.

Une nécessité pour le désenclavement

« Vandières est une nécessité qui favorisera le désenclavement de notre département tant vers les grandes métropoles françaises et européennes du Nord que du sud de l’Europe. », argumente la CGT qui soutient cette gare.

Tout est payé … ou perdu !

Le financement qui est de 120M€ à 140M€ est assuré par la taxe sur les produits pétroliers. Cette somme ne peut être affectée qu’à la gare de Vandières, et ce, parce qu’elle est sur la ligne TGV.  Les Lorrains n’auront rien à payer de plus ! « Mais si cette taxe n’est pas utilisée pour la gare de Vandières, elle est perdue ! insiste Jean-Pierre Moinaux. Il faut bien comprendre qu’on ne peut pas l’utiliser pour un autre projet en Lorraine. Elle ne peut être attribuée qu’à la ligne TGV ! ».

De l’emploi en Lorraine

« L’investissement pour la réalisation de la Gare de Vandières est un investissement pour 50 ou 60 ans, qui bénéficiera dès le lancement du chantier aux entreprises des travaux publics et à l’emploi en Lorraine », souligne la CGPME des Vosges, qui réaffirme son soutien à la création de la gare d’interconnexion de Vandières.

Engagements écrits de la SNCF pour le maintien des lignes TGV sur les Vosges

La SNCF, et cet engagement a été confirmé par écrit par le président de la SNCF, Guillaume Pépy lui-même,  garantit le maintien des TGV directs Remiremont-Epinal/Paris ou Saint-Dié/Paris. Le Conseil Régional de Lorraine, s’engage également à adapter le cadencement des TER pour rejoindre la gare de Vandières.

Louvigny transformée en gare de fret

Il reste la question de la transformation de la Gare de Louvigny en gare fret grande vitesse avec l’aéroport de Nancy-Metz-Lorraine. À ce jour, les études concernant les besoins, semblent insuffisamment affinées. La CGPME réclame une étude approfondie.

La CGPME et l’UDCGT : Pour !

Et même si elle estime que la consultation n’était pas nécessaire, la CGPME invite à  se déplacer et à aller voter. De même pour l’UDCGT, qui considère « que Vandières est un élément qui doit conforter les lignes TGV au départ des Vosges dans l’avenir » et appelle à voter pour cette gare. Ce qui ne l’empêche pas de rappeler que le TGV devrait adapter ses tarifs en fonction des besoins des populations et du service rendu, au lieu de s’aligner sur la rentabilité.

Ouverture toutes directions

La gare de Vandières rouvre évidemment la question de l’ouverture vers le Sud (vers Lyon-Marseille) à savoir le raccordement à la ligne LGV Rhin-Rhône via Epinal-Remiremont-Lure-Villersexel. Il est évident que cette gare d’interconnexion, si elle se fait, doit être le centre d’une ouverture du département vers toutes les directions.

Réunions publiques

La Région Lorraine lance une grande consultation le 1er février. Pour Épinal, elle se déroulera de 8h à 18h à la Halle des sports, rue de Remiremont. Pour la préparer, des réunions publiques sont organisées sur les différents secteurs, dont la dernière aura lieu demain à Épinal à 18h30 à l’Espace cours. Jean-Pierre Moinaux était également en gare d’Épinal vendredi pour distribuer des flyers d’information et répondre aux questions.

Courrier-Vandières de G. Pepy à JP Masseret  communiqué Vandières  communiqué Vandières

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page