Manque d’eau, à Vittel on anticipe …

L’eau fait l’histoire et l’économie de la ville de Vittel. Comme le changement climatique en cours aura des répercussions sur l’eau et les nappes phréatiques, la ville veut sensibiliser la population et anticiper les adaptations. Elle lançait aujourd’hui un projet de 6 mois d’animations et débats, « Vittel en’quête d’eau ».

2015 est l’année du climat. En décembre, aura lieu la 21e Conférence de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUC) ou COP21. Cette conférence doit aboutir à un accord universel pour adapter les sociétés et limiter les émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement global à 2°C.

2 hommes sur 3 manqueront d’eau dans 10 ans

« Dans l’esprit des gens, l’eau est omniprésente, mais dans 10ans, en 2025, 2 hommes sur 3 manqueront d’eau d’après une projection américaine, annonce Jean-Jacques Gaultier, maire de Vittel. La France sera en stress hydrique en 2025 ! ce n’est pas si loin ! Il faut s’y préparer ». D’où le projet « Vittel en quête d’eau »  pour informer les Vittellois et tous les acteurs du territoire des conséquences que le changement climatique aura sur la ressource en eau à Vittel et ses environs.

Un réservoir surexploité

Quelle sera l’alimentation des nappes ? « Vittel est située sur un grand réservoir, mais elle a aussi un état de sur-exploitation, explique Jean-Jacques Gaultier, donc la nappe diminue de 30 cm par an ». Qui dit diminution des nappes, dit concentration des polluants et l’on peut craindre que la qualité de l’eau se dégrade.

6 actions sur 6 mois

 6 grandes actions vont être mises en place animées par la Vigie de l’eau, à partir du 16 juin jusqu’en décembre 2015. Elles s’adresseront à toutes les catégories d’âge :
– Micro-trottoir en juin avec le Collège Jules Verne
– Concours photos et dessins en juillet et août
– Enquête grand public
– Histoires de vie
– Témoignages d’acteurs économiques en octobre et novembre
– Tables rondes / débats

Avec des experts

La vigie de l’eau travaille avec des scientifiques, des experts de l’agence de l’eau Rhin Meuse, l’EPAMA et Agrivair. « Quand il s’agit de l’eau, on s’emporte vite », commente le maire. Mais l’avis d’experts compenseront l’impulsivité des débats. « Nous voulons amener le citoyen à prendre conscience des enjeux, adapter la réflexion et la problématique à notre territoire  et  réfléchir à des alternatives ».

La ville commence par elle

La ville vient elle, de changer de délégataire de service pour la gestion de son eau. Elle a intégré dans le cahier des charges un rendement de 83% soit 34M3 d’eau d’économisés par an !

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page