PolitiqueSantéSociété

BMI – Sus aux petits bourrelets !

En 10 ans, le nombre d’enfants obèses entre 5 et 15 ans a doublé. La surcharge de poids favorise les risques de maladies chroniques.  La BMI avait invité ce soir, Emmanuelle Tosi du Centre de médecine préventive de Vandoeuvre-les-Nancy et Anita Chenot, diététicienne du réseau de santé spinalien, pour en parler.

La vie s’accélère. On ne mange plus forcément chez soi, le midi. On mange sur le pouce. Pour tenir, on avale une boisson sucrée et affamé, on avale un paquet de chips en attendant le repas. Et on a tout faux ! Les Américains nous devancent et une étude estime que la moitié d’entre eux seront obèses d’ici 2030. Nous n’en sommes pas tout à fait là, mais il y a urgence à réagir. Des enfants sont en danger. L’obésité progresse très vite en France aussi et les temps de crise accentuent le phénomène.

Peser votre enfant 2x/an et calculez son « IMC »

« Pour prévenir ce risque, il suffit de peser votre enfant 2 fois par an et de vérifier son indice de masse corporelle (IMC), explique Emmanuelle Tosi. Un enfant en parfaite santé doit avoir les côtes apparentes. Des petits bourrelets avant 6 -7 ans, ce n’est pas normal ! C’est vraiment entre 2 et 7 ans, qu’il faut surveiller le poids de votre enfant car ce sont dans ces années-là que se prennent les habitudes de vie. Dès qu’une fille a ses règles, en principe, sa croissance est pratiquement terminée »

Pas de télé, de l’activité !

Ou du moins pas de plateau télé, une alimentation équilibrée  en petites quantités et de l’activité physique. « Au moins 1h par jour !», précise Emmanuelle Tosi.

Elle recommande de manger en famille et d’associer les enfants à la confection des repas, de faire des balades ensemble et de trouver une activité physique qui intéresse l’enfant. « Faire des activités qui favorisent l’imagination, évite les grignotages », conseille-t-elle encore.

« Les habitudes de l’enfant sont les vôtres, poursuit Anita Chenot. Si vous buvez du coca à table, il vous imitera et si vous vous resservez 3 fois, il vous suivra très vite ».

4 repas équilibrés

Pour un bon équilibre, 4 repas sont suffisants. Le petit déjeuner comprendra un laitage, des céréales ou du pain avec un peu de beurre. Le repas de midi se composera d’un peu de viande – « On compte 10 g /Jour/an », précise la diététicienne, donc pour un enfant de 3 ans, c’est 30g, un peu moins de la moitié d’un steak haché, et 2 cuillères de légumes. En dessert, un fruit, « mais là encore, on n’est obligé de lui faire manger toute une pomme ». Au goûter, des céréales (du pain sera très bien) et un laitage. Et le soir, des légumes et des féculents avec un laitage. « Souvent, l’enfant mange trop de viande. S’il n’en veut plus, on ne le force pas. L’enfant sait se réguler. La règle est : on propose, on n’impose pas et on ne remplace pas ». Et en boisson, de l’eau !

Beaucoup de sucre !

Une barre chocolatée équivaut à une tablette de beurre de 10g et 6 morceaux de sucre, 2 biscuits fourrés au chocolat vaut autant qu’une tablette de beurre, 4  morceaux de sucre et une tranche de pain et un chausson aux pommes vaut ¼ de baguette, 5 morceaux de sucre et une tablette de beurre. Un jus de fruit, c’est 7 morceaux de sucre pour 1 cannette de 23cl.

Ni Emmanuelle Tosi, ni Anita Chenot ne sont pour les produits allégés. « Autant en manger une seule fois dans la semaine et se faire vraiment plaisir puis les supprimer ensuite les autres jours ».

Même chose pour les frites, une fois ou 2 pour les apprécier mais pas tous les jours ! Et des goûters faits maison, qui coûtent moins chers, sont bien meilleurs à la santé.

Des couleurs et de la déco

Changer ses habitudes, quand elles ne sont pas bonnes, est loin d’être facile ! « Un enfant obèse en souffre, explique Emmanuelle Tosi. Sécurisez-le, entourez-le et aidez-le à suivre ce qu’il a décidé avec nous ».

Philippe Toussaint, chef et moniteur d’alimentation, avait préparé un petit encas autour du brocolis, un légume que les enfants apprécient peu, pour prouver qu’on pouvait le rendre attractif en mousse, roulé, en beignets, ou en salade. « Il faut des couleurs, de la décoration. On ne résiste pas à une belle assiette et si vous coupez des lamelles de fruits et les disposez dans une assiette avec des piques, tout le monde piochera dedans ».

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page