EconomieSociété

Docelles : UPM s’engage à mobiliser les moyens de la cession

UPM met en vente son usine de Docelles, qui fabrique des  papiers spéciaux. « Une démarche d’adaptation à l’évolution des marchés »,  argumente Jean-Marc Louvet, directeur UPM France. Docelles a un futur mais pas avec UPM ! Le groupe s’engage à mobiliser les moyens, pour que la cession soit porteuse d’avenir.

 

« Notre outil était dimensionné pour les années de gloire du papier, dans les années 2000. Aujourd’hui, la tendance n’est plus à la croissance dans ce secteur d’activité et nous devons redimensionner nos outils de production. Depuis 5 ans, nous avons enclenché cette réduction de capacité », resitue Jean-Marc Louvet, directeur UPM France.

La plus petite usine

Docelles est la plus petite usine des « papiers écriture ». « Pour être rentable, l’activité dans ce secteur, doit se faire avec des machines 2 à 3 fois supérieures, poursuit le directeur France. Docelles a donc développé une activité sur les papiers spéciaux qui ont de la valeur ajoutée. C’est adapté à la taille de l’entreprise, mais ça ne correspond plus aux stratégies et ambitions du groupe, qui se positionne sur de plus gros volumes. Nous n’avons ni les équipes commerciales, ni les machines Back up ». 

Des atouts

« UPM se recentre sur son métier de base, les produits issus du bois, mais parie sur d’autres transformations que le papier comme la biochimie.L’usine de Docelles n’entre plus dans cette nouvelle orientation. Mais d’autres groupes ont vocation à développer des produits spéciaux ».

Jean-Marc Louvet met en avant la notion de service, la compétence du personnel issu d’un bassin papetier, et un équipement dans lequel le groupe a beaucoup investi.

Des atouts, qui font de cette usine de Docelles, une entreprise qui a un futur.

UPM y mettra les moyens

Jean-Marc Louvet assure que UPM accompagnera le projet de reprise, pour que la cession se passe bien. « 6 mois est un délai raisonnable, mais s’il y a des pistes et qu’elles ne sont pas finalisées, une prolongation est envisageable. Notre Objectif : trouver des gens qui ont un projet sérieux et maintenir les emplois », assure-t-il, citant en exemple la cession de l’usine Stracel de Strasbourg, « pour laquelle UPM a trouvé une solution ».

La France est-elle encore attractive ?

UPM se dit prête à mettre les moyens pour accompagner cette reprise.

« Peut-être faut-il se poser la question de la compétitivité en France et pas seulement en termes de réglementation du travail. L’Allemagne apparaît plus compétitive de 10 à 15%, parce qu’on ne paye pas le transport. Les conflits sociaux peuvent également faire hésiter un groupe international sur une installation en France. Par contre, on y trouve la matière première (bois) et l’énergie à un prix intéressant. »

« Nous assumerons nos responsabilités »

Un message qui se passe de commentaires !

UPM se mobilisera avec toutes les forces, pour que l’usine de Docelles soit reprise avec un projet qui en assure la pérennité. « Le monde industriel évolue et nous devons nous adapter, mais nous assumerons nos responsabilités », conclut-il.

B.Boulay

Journaliste, c'est mon job ! J'aime les rencontres qu'il suscite, la diversité des milieux où il nous mène, les enjeux qu'il explore. J'apprécie le jeu de fil de fériste de l'éthique, qui parfois nous complique bien la vie... Après plus de 15 ans d’actualités locales, ACTU 88 est né. L’essentiel en toute simplicité. ACTU 88, c’est un journal indépendant, une aventure, un regard. C’est l’histoire d’hommes et de femmes qui donnent du sens à des projets. C’est la vie d’un territoire face aux enjeux de l’avenir. Faites-en un favori et contactez-moi ! ACTU 88 sera ce que vous en ferez ...

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page