Environnement

Nature – Les renards ne sont pas des « nuisibles » !

Les associations de défense de la Nature demandent au préfet par un courrier du 5 décembre de ne pas classer le renard dans les « nuisibles ». Elles dénoncent « un procès en sorcellerie » contre cet animal. « C’est la bête à piéger, parce qu’on ne prend en compte que les éléments à charge ! », déplorent les militants.

 

Le collectif milite pour que le renard ne puisse plus être piégé. « Il pourra être chassé comme tout autre animal, mais pas piégé ! », insiste-t-il. Sur les Vosges, 3733 renards ont été tués sur l’année et 923 ont été piégés.

Régulation naturelle des populations

« Le renard se régule tout seul en fonction de ce qu’il a à manger. Quand la nourriture est abondante, les portées sont nombreuses. Quand il n’y a plus à manger, les femelles ne font qu’un ou 2 petits. », expliquent les militants.« Cette année, observe Fabrice Cahez, j’ai vu des portées de 8 jeunes renardeaux, alors que les années précédentes, on en voyait 1 ou 2 au plus« .

Des fiches de dégâts « bidouillées »

Mais le collectif est confiant. Les militants se sont aperçus que les fiches dégâts destinées à prouver les nuisances du renard, sont « bidouillées ». « Quand on reprend les fiches de déclaration de dégâts, on s’aperçoit que la majorité ne tiennent pas la route ! Et on peut le démontrer devant la justice. C’est aberrant, il y aurait même eu un veau mangé par un renard ! 9 fiches sur 10 sont irrecevables. ». Fabrice Cahez et Vincent Munier, photographes naturalistes, rejoignent la cause.

Plus de rage

Le renard avait été déclaré « nuisible au moment, où l’on redoutait la propagation de la rage. « Mais il n’y a pas eu de cas de rage depuis 15 ans, pas plus dans les Vosges, qu’en France », argumente le Collectif. Alors le renard représente-t-il un risque sanitaire ?

Pas de risque sanitaire

Non !  démontre le collectif en s’appuyant sur une étude scientifique réalisé par l’ELIZ qui analyse une tentative de contrôler par destruction, les populations de renards autour de Nancy sur 4 ans entre 2008 et 2012. La population est restée pratiquement identique, par contre les renards contaminés par l’échinococcose ont augmenté dans la partie régulée. « Nous nous appuyons sur un travail de 15 ans pour porter nos affirmations. C’est du solide. Nous voulons être exemplaires en France ».

Des pièges qui font souffrir aussi les animaux domestiques

Les passionnés de nature dénoncent les souffrances que les pièges font subir aux animaux sauvages, mais aussi aux animaux domestiques. Les vétérinaires en témoignent. « Il faut supprimer les pièges ! ». Et pour eux, des élevages bien protégés ne risquent rien et la clôture électrique leur assure une protection fiable.

 

 

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page